En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 

Lignes d'erre

... lignes d'erre ...

Les lignes d'erre tracent les trajets, les mouvements, opérés par des enfants souvent autistes  ou psychotiques qui ne sont pas parvenus à prendre parole. Ils sont sans parole, mutiques. Ces lignes dessinent des cartes sur lesquelles peuvent se lire en relief des repères pour ces enfants qui paraissent à la dérive et, en creux, la constellation de leur désir  : elles sont, pour eux, un lieu d'inscription sur une terre qui les rejette. C'est Fernand Deligny qui a inspiré et établi ces premières cartes. Enseignant, éducateur, animateur, il a, hors des sentiers battus et par delà bien des murs, accompagné ces "irrécupérables". « Son point de départ n’est pas : “ il faut qu’ils deviennent comme nous ” mais plutôt “ qu’est-ce que nous pouvons faire pour qu’ils nous voient et qu’ils aient envie de vivre avec nous ? ” C'était au milieu du XXème siècle, une véritable révolution ! La question se pose toujours avec plus ou moins de gravité : que fait-on des "irrécupérables" ? Des boiteux, des borgnes ou des Cendrillons ...

Des lignes d'erre, vous en verrez sur le sol, tracées par le passage régulier des animaux, vous pouvez imaginer, plus célestes, celles des oiseaux, des avions, des étoiles ...

Dans le dictionnaire vous trouverez dans l'épaisseur de ce mot : "vitesse acquise d'un bâtiment quand il cesse d'être propulsé". Quand l'enseignant cesse de machiner, la classe prend son erre et découvre en son sein une force commune, autonome. Les CM2, qui sentent venir les beaux jours, laissent parfois voir et entendre cette force qui fait corps. Ils suivent une ligne qui ouvre des horizons nouveaux, délaissant dans leurs bureaux d'écolier les saveurs de l'enfance.

Et s'il y a deux "r" dans le mot erreur, c'est pour laisser de la place à l'erre, au devoir de l'errance : errance pédagogique pour l'enseignant qui cherche, invente, explore, se plante, ajuste ... errance fondatrice pour l'élève. Essai - correction, tâtonnement, expérimentation ... Le savoir n'est pas un objet que l'on refile à qui veut bien s'en emparer, il se construit avec l'élève parce que l'enseignant, dans la nuit féconde, a pensé et construit le cadre, les conditions et les outils favorables à l'éveil de l'intelligence et à l'émergence d'un savoir.

Vous trouverez ici quelques traces de ce qui se vit dans les classes. Pas l'essentiel bien évidemment mais des à-côtés, des fragments, qui donnent pourtant un sens, des couleurs, du caractère ... -ou peut-être une ligne justement- aux apprentissages.


Date de création : 28/12/2020 11:45
Catégorie : -
Page lue 736 fois